mercredi, novembre 09, 2005

Tout le monde ne sait pas



Juste une petite brève, récoltée sur le site de Feldman, à propos d'une rencontre entre Salman
Rushdie
et Sami Naceri chez le tape-à-l'oeil Ardisson...

Extrait de l'édito de Philippe Val dans le Charlie-Hebdo du 2 novembre 2005:
...Ardisson a donc reçu Salman Rushdie dans son émission "Tout le monde en parle", diffusée sur France 2 il y a deux semaines... Rushdie qui vit en Angleterre, n'a aucune idée de qui est Ardisson. Il est envoyé par son éditeur pour parler de son livre. Il s'y rend naïvement comme à une émission littéraire. Or Ardisson a jugé intelligent d'inviter en même temps Sami Naceri, l'acteur de "Taxi" connu pour ses opinions délicates, ses moeurs raffinées et ses convictions islamiques. Sous la baguette de chef d'orchestre d'Ardisson, tout s'est passé, au fond, comme prévu. Sami Naceri, en mimant le geste, a dit à Salman Rushdie que si un imam lui donnait de l'argent pour le tuer, il n'hésiterait pas à lui tirer une balle dans la tête. Salman Rushdie s'est alors levé, a retiré son oreillette, puis il est parti en disant qu'il ne remettrait plus les pieds dans une émission de télévision française. L'émission n'est pas en direct. Les séquences violentes et infamantes ont été coupées au montage, et, jusqu'à aujourd'hui, rien ne filtre du scandale qui s'est déroulé en coulisse, en présence de Gérard Darmon et de Véronique Samson. Cela s'est passé sur une chaine du service public. A part un entrefilet dans le Parisien et une citation dans un article de Marianne, silence général. Personne n'est au courant. Ardisson va bien, merci. Et tout le monde continuera à aller vendre ses petites affaires chez lui, puisqu'il fait vendre. Et même si l'on sait, on fait semblant de ne pas savoir, pour pouvoir continuer à jouir du privilège d'y paraître.
Sami Naceri continue à signer des autographes à ses groupies, et il sera sans doute encore la vedette de Taxi 30. Et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des assassins possibles. Aucun débat n'a eu lieu. Et plus que tout, c'est cette indifférence criminelle qui fait peur. Et qui donne envie d'agir. LA MOINDRE DES CHOSES SERAIT QUE L'ON ECRIVE MASSIVEMENT AU PRESIDENT DU CSA, DOMINIQUE BAUDIS, TOUR MIRABEAU, 39 QUAI ANDRE CITROEN, PARIS 75739, pour lui demander quelle suite il compte donner à cette histoire qui nous engage tous, puisqu'il s'agit du service public que nous finançons collectivement...


Pour moi, encore beaucoup de colère : vous en pensez quoi, VOUS ?

5 Comments:

Anonymous Lone Wolf said...

Fichtre ! Sacrebleu !
La télévision nous ment et nous manipule à grand renfort d'images choisies... la belle affaire.
Non seulement ce n'est pas nouveau, mais c'est également reconnu et admis, même par ceux qui n'ont pas accès aux coulisses du PAF (pour celà, se reporter simplement aux docus de Pierre Carles).
Le scandale viendrait-il alors du fait qu'il s'agit là d'une télévision publique ? Pourtant il ne s'agit pas là de l'utilisation la plus honteuse de notre redevance télévisuelle (intéressons-nous un peu aux cachets des Delarue-Fogiel-Cauet et consorts...).
A partir de là, que la bêtise et l'impulsivité crasse de l'égérie bessonienne des adolescents n'ont d'égal que sa vibraaaante incompétence en matière politique, je pense que celà a déjà été vu dans la version "expurgée" de l'émission... comme quoi, même pas besion de ça. Du reste, qu'Ardisson ne soit qu'un ersatz d'animateur dont le seul mérite est de fouiller les poubelles people le petit doigt en l'air, toute personne ayant un QI comprenant plus de deux chiffres a pu s'en rendre compte.
Non, le plus indécent dans tout celà, ce n'est pas que personne n'ait vue cette scène coupée, mais plutôt que tout le monde ne l'aurait pas interprétée de la même façon, sans compter ceux qui auront évacué sa signification réelle pour n'en retenir que son potentiel de divertissement ("Ouais, terrible... Sami Nacéri et Salman Rushdie qui se frittent chez Ardisson !!!"). A coup sûr, cette scène ressortira un jour des cartons (peut-être bien après que Salman Rushdie se soit fait exécuter par un porte-flingue illuminé), lorsque l'affaire se sera un peu tassée, dans une émission affligeante du genre "Le grand bêtisier de l'année" ou "Les 100 plus grandes gaffes de la télé"...
... et là, ça sera vraiment à gerber !

11:20 PM  
Blogger totagata said...

Cela me rappelle les arguments des années 80/90 à propos du FN : en parler, cela le faisait monter dans les sondages ; l'ignorer, c'était ne pas dénoncer ses idées et cela le faisait de même monter dans les sondages... Je ne suis pas trop d'accord. Quitte à me caler dans un humanisme un peu désuet, Je pense toujours qu'il ne faut pas désespérer de l'homme, ni même le tenir définitivement pour un incompétent définitif (d'ailleurs, qui peut bien être compétent sur le sujet?). Je crois au contraire que les crétins dangereux du type Naceri doivent être exposés et réfutés sans relâche, non pas seulement écartés ou "coupés" au montage.
Pour se montrer à la hauteur, Ardisson, aurait du remettre sur le champ à sa place cet acteur minable et le virer ensuite de son plateau, plutôt que de dissimuler son dérapage en le couvrant de facto. La connerie sanctionnée au bon moment, voilà ce que doit être la mission du service public !

12:22 AM  
Anonymous Lone Wolf said...

La télévision est une grande famille, et que fait un père lorsque son gosse a fait une méchante bourde et que les flics viennent frapper à sa porte ? Il le couvre.
On a déjà eu l'exemple avec des bavures de l'armée et de la police, avec des malversations administratives de la justice ou des finances... Le service public est une famille bien comme il faut, mon bon monsieur, on lave notre linge sale entre nous sans éclabousser personne.
C'est criticable ? Oui, de toute évidence. celà implique que le service public s'estime plus au-dessus des lois que le commun. Pis, qu'il s'estime au-dessus de certaines lois morales. Un état dans l'Etat.
Faut-il le dénoncer ? Celà va de soi. Mais attendre du service public qu'il fustige ses propres enfants pour rester garant d'une certaine éthique par respect envers le contribuable, on nage en pleine utopie.
En aucun cas les chaines du service public ne se sentent investies d'une mission (sinon celle de l'audimat, et donc du profit), et dans leur quête du divertissant et du sensationnel, il arrive qu'elle flirtent avec le scabreux et l'indécent... pour le plus grand plaisir du télespectateur moyen en mal de sensations fortes. Même si quelques voix s'élèvent pour dénoncer tout ça, "le con a toujours raison parce qu'il est nombreux" (dixit Les Guignols de l'Info). C'est ainsi.
De fait, Ardisson sera peu (sinon pas) sanctionné puisqu'il applique les directives des dirigeants de chaine, à savoir : "va toujours plus loin dans le provocant, et si tu dépasse la ligne, c'est pas grave, on coupera..."
Ardisson n'est qu'une marionette, c'est le marionettiste qu'il faut condamner... à moins que ce ne soit son public qui s'esclaffe et qui en redemande...

10:05 AM  
Blogger soleilpremier said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

12:19 PM  
Blogger soleilpremier said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

12:21 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home